Au revoir Madinina

Nous sommes le samedi 24 février 2018 et probablement le jour le plus triste du voyage. Vous l’aurez compris, c’est aujourd’hui que nous reprenons l’avion pour rentrer en métropole.

Et sincèrement, ni les filles, ni nous, ne sommes enchantés à cette idée. Mais au lieu de se lamenter nous avons décidé de profiter au maximum de cette dernière et belle journée.

Une grosse partie des valises est déjà prête, nous avons anticipé cette corvée hier soir. Donc nous prenons le temps de prendre un bon petit déjeuner en terrasse en contemplant une dernière fois notre vue magnifique sur la baie des Trois-Îlets et de Fort-De-France.

Il est temps de terminer les valises, faire un brin de ménage pour rendre la villa impeccable (même si le ménage est compris dedans) et de charger la voiture. Le RDV avec Brigitte était fixé pour rendre les clés, le temps de lui dire au revoir et de voguer à notre dernière journée.

Notre avion est à 19h, ce qui nous laisse de quoi profiter un peu. Il nous fallait un lieu pas trop loin de l’aéroport pour éviter le stress du retour, de quoi manger et une douche pour se rincer. Car passer 10H dans un avion après avoir trempé dans l’eau salée, ce n’est pas ce qu’il y a de plus confortable.

Ça tombe bien, l’Anse à l’âne, notre petite plage de la 2ème semaine, est à seulement 5 min de voiture de la villa. Elle regroupe tous nos critères, elle servira donc de camp de base jusqu’à notre départ 🙂

Nous sommes les premiers ou presque sur la plage, un moment de calme agréable pour profiter de cette nature magnifique.

plage de l'anse à l'âne déserte

Nous profitons de la matinée pour faire un peu de baignade, quelques balades le long de la plage, des sauts depuis le ponton, de l’observation de deux barracudas qui ont visiblement élu domicile non loin de ce ponton.

doigts de pieds en éventail

Midi arrive, l’heure de prendre un dernier repas local sur la plage. Pas mal d’attente, heureusement que l’apéritif et les acras nous ont bien aidé à patienter.

Retour sur la plage pour profiter encore et encore. A quelques mètres de là, un société fait de la location de scooter des mers mais aussi de la bouée tractée. Plus exactement, du canapé tracté. Quoi de mieux pour finir cette journée en franche rigolade. Ma femme n’étant pas fan propose de nous regarder du ponton et prendre des photos. On embarque avec les filles + un papa et son fils.

Alors comment vous dire, ça s’appelle canapé mais ce n’est clairement pas de tout repos. Une fois éloigné de la plage et des autres embarcations, le bateau commence à prendre de la vitesse et faire des virages dans tous les sens. On en prend plein la tête mais tout le monde s’éclate. Petite pause du pilote qui nous demandes si tout est ok car il va commencer à accélérer. Ah heu bon j’avais pas senti que nous étions au ralenti là.

bouée tractée

C’est reparti de plus belle, et maintenant en plus des virages, il s’amuse à couper les vagues qu’il a lui même créé. Autant vous dire qu »on fait des bonds de 3 à 4 mètres au-dessus de l’eau.

Personne n’est tombé, mais on a tenu les poignées tellement fort, que tout le monde en a des crampes. On a l’impression que nos bras ont grandi de 50cm!!!

canapé tracté

A la descente nous avons un peu discuté avec le papa et son fils. Une famille de martiniquais super sympa qui était là pour passer un bon moment aussi. Les grands parents, le couple et leurs deux garçons. Vu qu’il est l’heure de partir pour nous, je demande si ils veulent qu’on leur laisse les bodyboards. Nous n’allions pas les mettre dans la valise. Les enfants un peu timides n’osent pas répondre et le papa me regarde un peu bizarrement. Je leur explique que nous prenons l’avion dans quelques heures et que nous n’allons pas conserver les planches. Il pensait que nous souhaitions leur vendre. Pas du tout c’est cadeau, autant que ça profite à quelqu’un. Les 2 garçons étaient ravis et toute la famille nous a remercié.

palmier martinique

Pour nous il est temps de passer sous la douche, de nous changer et de prendre la direction de l’aéroport. Nous avions fixé RDV à Déborah pour rendre la voiture de location. Une fois dans l’aéroport nous sommes allés nous changer dans les toilettes.

Embarquement pour la métropole, des souvenirs et images plein la tête, les yeux qui brillent de bonheur et de tristesse de quitter l’île. Les vols retour se dérouleront sans souci à part une turbulence qui aura eu le mérite de réveiller et faire sursauter une bonne partie des passagers.

C’est ainsi que c’est terminé notre deuxième voyage en Martinique. Oui deuxième et non second car nous comptons bien revenir, toute la famille a énormément apprécié.

Si je rédige ce dernier article de compte rendu presque 2 ans après, c’est parce que je n’avais pas pris le temps mais aussi et surtout que nous retournons en Martinique en février 2020, oui oui dans quelques semaine 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *